Catégories
Vin et spiritueux

Bordeaux et Chine: choc de la culture du vin ou accord parfait? Suzanne Mustacich révèle des idées surprenantes

introduction

Pourquoi Bordeaux est-elle considérée comme la marque de luxe ultime dans le monde du vin? Pourquoi le marché chinois a-t-il soudainement commencé à acheter des vins de Bordeaux dans les années 80 et 90? Pourquoi Bordeaux en particulier convient-il à l'ancienne culture chinoise des cadeaux prestigieux par rapport à d'autres vins chers? Comment la demande de Bordeaux en Chine affecte-t-elle les prix que vous payez et les styles que vous buvez?

Dans cet épisode du podcast Unreserved Wine Talk, je discute avec Suzanne Mustacich, auteure de Dragon assoiffé: le désir de la Chine pour Bordeaux et la menace pour les meilleurs vins du monde.

Vous pouvez trouver les vins dont nous avons discuté ici.

Points forts

  • Qu'est-ce qui a fasciné Suzanne dans le marché du vin chinois?
  • Pouvez-vous voir un effet similaire dans d'autres industries où la Chine est devenue un acteur clé?
  • Que pouvez-vous apprendre sur les différences de culture viticole et commerciale entre la Chine et Bordeaux?
  • Qu'est-ce qu'une bouteille de vin de Bordeaux passe avant d'arriver à vous?
  • Pourquoi Bordeaux était-il parfaitement positionné pour le jeune marché chinois?
  • Comment les grandes marques comme Bordeaux vous attirent-elles?
  • Pourquoi le vin est-il le produit parfait pour la classe moyenne ambitieuse?
  • Quels faits sur l'économie viticole Chine-Bordeaux pourraient vous surprendre?
  • Pourquoi est-il beaucoup plus cher pour vous d'être un amateur de vin à Hong Kong qu'ailleurs?
  • Y avait-il un lien entre la récession américaine et un intérêt accru pour le marché chinois bordelais?
  • Comment les habitudes d'achat américaines ont-elles changé par rapport aux vins de Bordeaux haut de gamme?
  • Comment les changements de gouvernement ont-ils un impact sur la demande de vin en Chine?
  • Quels changements pouvez-vous voir dans les modèles actuels de consommation de vin chinois par rapport à l'époque où Bordeaux était initialement
  • introduit?
  • Quel est le tabou autour des femmes et du vin en Chine?
  • Comment Suzanne a-t-elle fini par rencontrer des personnages particulièrement intéressants lors de ses recherches sur Thirsty Dragon?

Commencez la conversation: cliquez ci-dessous pour partager ces conseils sur le vin





À propos de Suzanne Mustacich

Suzanne Mustacich est auteure, conférencière, journaliste, éditrice et consultante. Elle est rédactrice en chef du magazine Wine Spectator et auteure de Dragon assoiffé: le désir de la Chine pour Bordeaux et la menace pour les meilleurs vins du monde. Elle a une formation en tant que productrice de télévision et scénariste. Elle a récemment terminé son premier roman.

En tant que journaliste imprimée, elle a précédemment travaillé pour l'Agence France Presse, Wine Life (Chine) et Wine Business International. Elle est titulaire d'un BA de l'Université de Yale en économie et sciences politiques, du diplôme d'œnologie DUAD de l'Université de Bordeaux et d'une maîtrise en écriture créative (Crime Fiction) de l'Université d'East Anglia. Elle vit à Bordeaux avec sa famille.

Ressources

Rejoignez-moi sur Facebook Live Video

Rejoignez-moi sur Facebook Vidéo en direct tous les deux mercredis à 19 h, heure de l'Est pour une discussion décontractée sur le vin. Vous voulez savoir quand nous allons vivre?

Ajoutez ceci à votre calendrier:

Taguez-moi sur les réseaux sociaux

Taguez-moi sur les réseaux sociaux si vous avez aimé l'épisode:

Soif de plus?

  • Inscrivez-vous à mon cours de vidéo sur le vin en ligne gratuit où je vais vous guider Les 5 erreurs d'accords vins et mets qui peuvent ruiner votre dîner (et comment les réparer pour toujours!)
  • Rejoignez-moi sur Facebook Vidéo en direct tous les deux mercredis à 19 h, heure de l'Est pour une discussion décontractée sur le vin.
  • Vous trouverez mes livres ici, y compris Unencenchable: une quête délicate des meilleurs vins du monde et des vins rouges, blancs et ivres partout: un voyage imbibé de vin du raisin au verre.
  • La nouvelle édition audio de Rouge, blanc et ivre partout: un voyage imbibé de vin du raisin au verre est désormais disponible sur Amazon.ca, Amazon.com et d'autres sites Amazon spécifiques à chaque pays; iTunes.ca, iTunes.com et d'autres sites iTunes spécifiques au pays; Audible.ca et Audible.com.

Transcription et plats à emporter

Bienvenue dans l'épisode 82!

Pourquoi Bordeaux est-elle considérée comme la marque de luxe ultime dans le monde du vin? Pourquoi le marché chinois a-t-il soudainement commencé à acheter des vins de Bordeaux dans les années 80 et 90? Pourquoi Bordeaux en particulier convient-il à l'ancienne culture chinoise des cadeaux prestigieux par rapport à d'autres vins chers? Comment la demande de Bordeaux en Chine affecte-t-elle les prix que vous payez et les styles que vous buvez?

C’est exactement ce que nous apprendrons dans cet épisode du podcast Unreserved Wine Talk. Nous discutons avec Suzanne Mustacich, l’auteur du fascinant livre Thirsty Dragon: China’s Lust for Bordeaux and the Threat to the World’s Best Wines.

Cette conversation a été diffusée pour la première fois sur ma vidéo Facebook habituelle il y a quelques années, alors gardez cela à l'esprit comme contexte pour les commentaires de Suzanne.

Vous m'entendrez également répondre aux questions des téléspectateurs. Vous pouvez participer à cette conversation tous les deux mercredis à 19 h, heure de l'Est.

Je vais inclure un lien indiquant où vous pouvez nous trouver sur Facebook ainsi que la version vidéo de cette conversation dans les notes de l'émission sur nataliemaclean.com/82.

Si vous voulez découvrir des vins juteux appétissants et quoi les accompagner, inscrivez-vous à mon cours de vin vidéo en ligne gratuit le 5 erreurs d'accords vins et mets qui peuvent ruiner votre dîner (et comment les réparer pour toujours!)

Allez sur nataliemaclean.com/class et choisissez une heure et une date qui vous conviennent. J'ai hâte de vous voir à l'intérieur de la classe!

D'accord, continuez avec le spectacle!

Vous pouvez également regarder entretien vidéo avec Suzanne qui inclut du contenu bonus et des questions et réponses en coulisse qui n'étaient pas incluses dans ce podcast.

Bien, tu l'as maintenant! J'espère que vous avez apprécié cette conversation avec Suzanne Mustacich.

Voici mes plats à emporter:

  1. J'admire l'approche journalistique de Suzanne sur son sujet: elle ajoute de la clarté et de la crédibilité à une histoire qui a tant de fils.
  2. Suzanne établit un parallèle intéressant entre la soif du marché chinois pour Bordeaux et leur intérêt pour les minéraux avec des coentreprises, à partir de 1979 avec Remy Martin.
  3. Il est fascinant de voir comment la culture chinoise d'offrir des cadeaux pour impressionner le destinataire, et en particulier les partenaires commerciaux, cadre parfaitement avec l'image de Bordeaux d'être le meilleur vin du monde, avec le classement 1855 et les prix pour le prouver. Il offre un système de castes pratique pour faire correspondre le prestige du vin au prestige du giftee. Donner Bordeaux est un clin d'œil au style de vie ambitieux dans lequel la classe moyenne chinoise nouvellement financée pourrait littéralement adhérer.
  4. Il existe également des parallèles intéressants entre le respect chinois pour la culture ancienne et la place historique de Bordeaux dans le monde du vin.
  5. Il est remarquable que la Chine soit le premier marché de Bordeaux en volume, mais en termes de valeur, Hong Kong est de loin un client plus important que la Chine continentale. Je me demande comment cela sera impacté par les changements en cours à Hong Kong et les nouvelles lois adoptées par le gouvernement chinois.

Vous ne voudrez pas manquer la semaine prochaine lorsque je discuterai avec la Dre Antonia Mantonakis, professeure de marketing et de psychologie du consommateur à la Goodman School of Business de l'Université Brock à St. Catharine en Ontario. Elle est également membre associée du Cool Climate Oenology and Viticulture Institute (CCOVI), l'institut de recherche de l'université axé sur l'industrie canadienne du raisin et du vin. Elle dirige des expériences comportementales au sein du Consumer Perception and Cognition Laboratory. Elle discutera avec nous des athlètes célèbres qui possèdent des établissements vinicoles et de la façon dont l'adéquation entre le sport particulier de l'athlète affecte notre perception d'un vin. Nous examinerons des exemples du monde du golf, de la lutte et du patinage de vitesse. Ce n'est pas ce que vous attendez. Le Dr Mantonakis se joint à moi à l'université de St Catharine la semaine prochaine.

En attendant, si vous avez raté l'épisode 37 avec Tilar Mazzeo, un autre professeur d'université avec un sujet fascinant, les veuves de Champagne de France, revenez en arrière et écoutez. Je vais partager un court clip avec vous maintenant pour vous mettre en appétit.

Si vous avez aimé cet épisode, veuillez en parler à un ami, en particulier à celui qui s'intéresse aux fascinants conseils sur le vin que Suzanne a partagés. Vous trouverez des liens vers les vins que nous avons dégustés, une transcription complète de notre conversation, la version vidéo de ce chat et où vous pouvez nous trouver sur Facebook en direct tous les deux mercredis à 19 h, sur nataliemaclean.com/82.

Et si vous souhaitez vous connecter personnellement, rejoignez-moi dans un cours de vidéo en ligne gratuit sur nataliemaclean.com/class.

Merci d'avoir pris le temps de me rejoindre ici. J'espère que quelque chose de grand est dans votre verre cette semaine, peut-être un grand Bordeaux!

Transcription complète

Suzanne Mustacich 0:00
Ils utilisent leur classification de 1855. Ils disent que ce sont les meilleurs vins. Ce sont ceux que vous rêvez d'avoir, et peut-être que vous ne pouvez pas vous le permettre. Mais vous pouvez vous permettre les 700 autres millions de bouteilles. Et cela signifie que c'est un excellent plan marketing. Ça marche.

Natalie MacLean 0:17
Comme les grandes marques, Chanel, Gucci, peu importe. Vous pourriez voir la piste avec la tenue que vous ne pourriez jamais acheter, mais vous pouvez vous permettre le foulard ou le parfum peut-être.

Suzanne Mustacich 0:26
Ouais, et ça marche. Ils comprennent qu'il y a un désir de produits de luxe. Dès qu'il y a une classe moyenne, il y a un désir pour un meilleur style de vie. Et peut-être que vous ne pouvez pas vous permettre tout le style de vie, mais vous pouvez vous en permettre une partie. Vous pouvez vous permettre la maison de vacances, ou peut-être même le voyage à l'étranger. Vous pouvez acheter cette bouteille de vin et la vivre un instant.

Natalie MacLean 0:55
Vous avez soif d'apprendre le vin. Aimez-vous des histoires sur un peuple merveilleusement obsessionnel, des endroits d'une beauté obsédante et des situations sociales étrangement maladroites. C'est le mélange ici sur le podcast de conversation sur le vin sans réserve. Je suis votre hôte, Natalie McLean. Et chaque semaine, je partage avec vous des conversations non filtrées avec des célébrités du monde du vin, ainsi que des confessions de mon propre voyage éméché alors que j'écris mon troisième livre sur ce sujet. Je suis tellement contente que tu sois là. Maintenant, passez-moi cette bouteille, s'il vous plaît. Et commençons. Bienvenue dans l'épisode 82. Pourquoi Bordeaux est-elle considérée comme l'ultime marque de luxe dans le monde du vin? Pourquoi le marché chinois a-t-il soudainement commencé à acheter des vins de Bordeaux dans les années 80 et 90? Pourquoi Bordeaux en particulier convient-il à l'ancienne culture chinoise du prestige est le don de cadeaux par rapport à d'autres vins chers. Et comment la demande de Bordeaux en Chine affecte-t-elle à la fois les prix que vous payez et les styles que vous buvez? C’est exactement ce que nous allons apprendre dans cet épisode du podcast de discussion sur le vin sans réserve dont nous discutons avec Suzanne doit attacher l’auteur du livre fascinant Dragon assoiffé, la Chine perdue pour Bordeaux et la menace pour les meilleurs vins du monde. Cette conversation a été diffusée pour la première fois sur mon émission vidéo Facebook Live il y a quelques années, alors gardez cela à l'esprit comme contexte pour les commentaires de Suzanne. Vous m'entendrez également répondre aux questions des téléspectateurs. Vous pouvez participer à cette conversation tous les deux mercredis à 19 h. Est. Je vais inclure un lien pour savoir où vous pouvez nous trouver sur Facebook, ainsi que la version vidéo de cette conversation. Tout dans les notes de l'émission sur NatalieMacLean.com avant slash 82 Si vous voulez découvrir des vins juteux alléchants, y compris beaucoup de Bordeaux, et quoi faire avec eux, inscrivez-vous à ma classe de vin vidéo en ligne gratuite, les cinq erreurs d'association de vin et de nourriture qui peut ruiner votre dîner et comment les réparer pour toujours. Accédez au cours de barre oblique de NatalieMacLean.com et choisissez une heure et une date qui vous conviennent. J'ai hâte de vous voir en classe. D'accord, continuez avec le spectacle.

Natalie MacLean 3:32
Notre invité est collaborateur à la rédaction du magazine Wine Spectator et auteur de Dragon assoiffé: le désir de la Chine pour Bordeaux et la menace pour les meilleurs vins du monde. Elle a une formation de productrice de télévision et de scénariste et elle a récemment terminé son premier roman. Elle est titulaire d'un BA de l'Université de Yale en économie et en sciences politiques et en œnologie de l'Université de Bordeaux et Ma en écriture créative de l'Université d'East Anglia. Et elle me rejoint maintenant depuis sa maison à Bordeaux. Message de bienvenue Suzanne. Bonjour. Bonjour. Suzanne, parlez-nous un peu de vous et de ce qui a déclenché l'idée de ce livre. C'est un sujet fascinant pour un livre. Où étiez-vous, quel a été le moment où vous avez pensé: C'est de cela que j'ai besoin d'écrire? À

Suzanne Mustacich 4:27
honnêtement, je cherchais à écrire un livre. Je savais que je voulais écrire un livre. Comme vous le savez, il y a beaucoup de livres fantastiques écrits sur le vin de Bordeaux. J'essayais de trouver quelque chose qui n'avait pas encore été fait. Et je suis naturellement journaliste d'investigation. Je ne suis sûrement pas quelqu'un qui creuse à la recherche de quelque chose de vraiment intéressant à raconter et je suis à Bordeaux depuis que je suis à Bordeaux depuis 99. Et toujours en contact avec le secteur du vin. J'étais au courant de la croissance du marché chinois, juste parce que j'ai tous mes contacts sur le plâtre bordelais côté bordelais. Et puis je l'ai vu au décollage. Et tout le monde en parlait du jour au lendemain, leur appel, une grande réussite. Et je me suis dit, attendez une minute, c'est un peu plus compliqué que ça. J'avais étudié la modernisation des économies et de la politique. Donc oui, je l'étais, j'avais en quelque sorte déjà cette approche de regarder ce pays en train de se moderniser et comment cela nous impactait. C'était donc une vague idée que j'avais quand j'ai commencé, et j'ai juste commencé à enquêter, à creuser et à creuser et à creuser. Et j'ai pensé, d'accord, c'est un livre. Ce n'est pas une longue histoire pour un magazine. C’est un livre qui était un personnage, je dois dire, je veux dire, quand vous écrivez un livre, même une fiction, il doit y avoir un arc narratif. Il y a un début, un milieu et une fin. Il doit y avoir des tournants. Il faut avoir des gens intéressants. Il doit y avoir un point culminant. Vous savez, il doit y avoir du suspense et des conflits. Et donc dans un livre de non-fiction, vous ne pouvez pas inventer. Donc, vous faites toute cette enquête, en pensant que peut-être quelque chose en sortira. Et puis quand tout commence à se mettre en place, vous pensez, d'accord, oui,

Natalie MacLean 6:19
regardez, j'aime que j'aime la façon dont vous l'avez encadrée.

Suzanne Mustacich 6:22
Je pense que l'autre chose est que nous parlons toujours de la Chine. Maintenant, vous ne pouvez pas parler de l'avenir et ne pas considérer la Chine. Et le vin est un prisme intéressant pour regarder cela. Nous tous, surtout ici, je comprends pourquoi je veux dire, vous pourriez parler d'autres industries qui me contactent et me disent, oh, mon Dieu, j'ai eu une expérience très similaire. Je suis dans un métier complètement différent, vous savez, mais nous avons eu une expérience très similaire. Donc vraiment le livre c'est une façon de voir les affaires avec la Chine et la croissance en Chine et la modernisation et Bordeaux, bien sûr, c'est une façon différente de voir les choses. Y a-t-il un secteur qui, selon vous, ressemble étroitement ou s'aligne sur le vin, que l'effet de l'investissement chinois ait été fort? Je pense que vous pouvez simplement regarder, même regarder les minéraux que vous pouvez. Je ne suis pas un expert dans ces domaines. Mais lorsque les Chinois décident de vouloir dominer un marché, que ce soit par la fabrication ou simplement en achetant ce produit, c'est comme si c'était juste un gros pivot. Et la pression que vous exercez sur ce marché est des mythes. Vous entendez que les différents produits sont achetés très rapidement par les Chinois. Ça arrive tout le temps.

Natalie MacLean 7:36
D'accord. Alors Suzanne, entrons dans le livre lui-même. Quelle a été la découverte la plus surprenante que vous ayez découverte en l'écrivant?

Suzanne Mustacich 7:45
Je pense que ce qui était intéressant, c'est à quel point les deux côtés, le côté masculin et le panneau de visée se comprenaient peu. Quand j'ai commencé à creuser, j'étais évidemment beaucoup plus complexe et les raisons pour lesquelles les Bordelais pensaient que les Chinois buvaient du vin. Et vraiment pourquoi le vin de Chine a été développé en Chine était très différent.

Natalie MacLean 8:11
C'était donc une histoire vraiment complexe, ce qui était intéressant que les Chinois aient soudain développé un amour pour Bordeaux ou était-ce de la spéculation et de l'argent? Je veux dire, quelle était la principale motivation?

Suzanne Mustacich 8:22
Et qu'est-ce qui l'a déclenché? Eh bien, je pense que c'était assez intéressant, c'est que le vin a été l'une des premières coentreprises en Chine. C'est encore une dynastie. Il y a une grande entreprise viticole appelée Dynasty. Et c'était une joint-venture avec Remy Martin. Oh, et quand cela a-t-il commencé? C'était, je pense, la deuxième coentreprise. Autour de 79 Oh, wow. Oui, c'était juste quand la Chine s'est ouverte. Il n'y avait pas de demande de vin et personne n'avait d'argent pour le vin. Mais en même temps, vous avez Bordeaux, dont ils ont ce type unique de commercialisation de leurs vins à travers quelque chose appelé la plaque de plâtre, qui est une plate-forme de commerce virtuelle. Il n'y a pas de place, il n'y a pas, Paul. Elle existe dans leur imagination, exactement comme ils veulent qu'elle existe. C’est leur culture. C’est leur culture d’entreprise. Vous avez donc des intermédiaires, vous avez le producteur. Et puis vous avez un courtier un TA de base et ils prennent 2% sur chaque transaction. Et puis vous avez la négociation, qui est un expéditeur en gros. Et ces expéditeurs de gros, leur raison d'être est de créer des marchés. Donc, partout où ils sentent qu'un jour, quelqu'un pourrait avoir de l'argent pour acheter des produits de luxe. Ils sont là, ils gravitent automatiquement. Donc, dès l'ouverture de la Chine, ils veulent être là. Juste beaucoup de pièces différentes. Il y avait des gens en particulier qui faisaient du commerce de vin de Bordeaux de Hong Kong, Hong Kong chinois, qui faisaient partie de la toute première joint-venture Hôtel à Pékin et vous deviez fournir du vin qui était pour les étrangers qui étaient là sur des paquets d'expatriés. Alors que les comptes de dépenses. Que voulaient-ils boire à ces hommes d’affaires alors qu’ils vivaient à l’hôtel de Pékin? Et avec quoi les Chinois allaient-ils se divertir? Ils avaient besoin de quelque chose où ils ne perdraient pas confiance ou ne seraient pas respectés. Ils montreraient une certaine sophistication. Et Bordeaux avec les classifications de 1855 très, très facile pour les gens qui ne trouvent rien au vin. D'accord, d'accord. Ils savent qu’ils ramassent un de ces bruts classés, ça va être impressionnant pour l’homme d’affaires de London ou de l’Ohio ou d’où ils viennent, de l’Ontario. Ils vont, Oh, c'est une belle bouteille. Droite? Ils savent ce qu'ils achètent ou se sentent spéciaux. Il y a beaucoup de choses qui ont été achetées comme des pratiques commerciales qui les placent là. que la Chine s'est ouverte. C'était le besoin chinois d'un cadeau qui était approprié

Natalie MacLean 11:03
c'est dans la culture. Pourquoi donc? Comme d'où cela vient-il? Par opposition à l'Amérique du Nord? Je veux dire, bien sûr, nous donnons des cadeaux, mais pourquoi est-il si central dans la culture chinoise, le don? Juste partie

Suzanne Mustacich 11:14
de cette culture est de savoir comment ils montrent la faveur n'est pas seulement que vous gagnez le respect en ayant choisi le bon cadeau, le cadeau approprié, non? Ça a du sens?

Natalie MacLean 11:24
Ouais, absolument. Et ont-ils assorti le cadeau au destinataire? Comme tu disais sur le classement de 1855? Bien sûr, nous avons les cinq revenus bruts les plus élevés comme avec le plus haut fonctionnaire du gouvernement ou le dignitaire étranger, obtenons la croissance la plus élevée et ensuite, larme par larme, descendons? Oui, il y avait définitivement

Suzanne Mustacich 11:44
le sentiment que vous alliez donner une première croissance à la personne la plus élevée de la chaîne. Oui, c'est la personne qui va prendre les pieds ou le Marco ou le reom sont les Latour qui ont rendu les choses très faciles. Cette classification, les sauvegardes, historiques Cela lui donne beaucoup de poids pour l'effet chinois. Je pense que l'une des raisons pour lesquelles ils aiment Bordeaux de toute façon est l'histoire. Ils aiment l'histoire de Bordeaux.

Natalie MacLean 12:08
Qu'est-ce que l'histoire fascine les Chinois? Je pense que c'est

Suzanne Mustacich 12:11
parce qu'ils ont une culture et une culture si anciennes. Et même si elle a traversé, bien sûr, d'énormes difficultés à travers la révolution culturelle et la guerre. Ils ont un grand respect pour les anciennes cultures. Et même si la culture française n'est pas ce que nous pensons, la culture française n'est pas aussi ancienne que la culture chinoise ancienne. Il y a toujours toute la royauté, il y a de gros orteils. Ils aiment tout ça. Et comme toute la pompe et les circonstances, j'aime tout. Même quand je suis allé à des événements ici, je suis allé à quelques événements avec les magnats chinois ont acheté un domaine et ils ont invité beaucoup de gens et j'en ai envoyé un et ils avaient loué la chambre dans un très belle grande grande salle au niveau de la classe. D'accord, et ils avaient tout le monde vêtu de robes pré-révolutionnaires et les hommes, vous savez, en boyau. Et c'est en quelque sorte un intérêt. C'était leur idée. C'était leur idée de la France.

Natalie MacLean 13:17
Ce fut un choc culturel fascinant. Je veux dire avec le vin au centre, c'est juste un super

Suzanne Mustacich 13:25
point de pivot pour elle. Regardez, il y a Bordeaux qui essaie naturellement de pénétrer un nouveau marché dans l'espoir que vous aurez de l'argent pour acheter des produits de luxe. Et donc ce qu'ils ont fait, c'est qu'ils utilisent leur classification de 1855. Ils disent que ce sont les meilleurs vins. Ce sont ceux que vous rêvez d'avoir. Et peut-être que vous ne pouvez pas vous le permettre, mais vous pouvez vous permettre les 700 millions de bouteilles en attendant. C’est vraiment un excellent plan marketing. Ça marche.

Natalie MacLean 13:55
Les grandes marques Chanel, Gucci, peu importe. Vous pourriez voir la piste avec la tenue, vous ne pourriez jamais acheter, mais vous pouvez vous permettre le foulard ou le parfum bébé. Exactement.

Suzanne Mustacich 14:05
Ouais. Et il fonctionne. Ils comprennent qu'il y a un désir de produits de luxe. Et dès qu'il y a une classe moyenne, il y a un désir pour un meilleur style de vie. Droite? Et peut-être que vous ne pouvez pas vous permettre tout le style de vie, vous pouvez vous en permettre une partie. Droite? Vous ne pouvez pas vous permettre la maison de vacances, ou même peut-être le voyage à l'étranger, mais vous pouvez acheter cette bouteille de vin. Et vous pouvez le vivre un instant. Vous êtes donc un excellent moyen de le dire. Ouais. Et donc le vin est la chose parfaite pour une classe moyenne ambitieuse dans un endroit comme la Chine en particulier, qui avait juste faim et soif de nouveaux produits. Ouais, des produits sophistiqués. Et c’est ça le vin.

Natalie MacLean 14:50
J'adore la façon dont tout cela s'est réuni pour créer cette tempête parfaite. Parlons donc de la dépendance de Bordeaux vis-à-vis du marché chinois, mais aussi des investisseurs chinois aujourd'hui, comme nous donner quelques faits et chiffres à ce sujet.

Suzanne Mustacich 15:06
J'ai quelques faits pour toi. Donc, si vous revenez à 2008, parce que c'était un point pivot, c'est à ce moment-là que les droits ont chuté à Hong Kong, Hong Kong devient soudainement Considérez-le comme une plate-forme, une plate-forme logistique d'expédition pour le vin cher. Le vin va donc à Hong Kong, puis il pénètre sur le continent sans ces droits. Donc, en 2008, c'est à ce moment-là que ça a vraiment commencé à se redresser, c'est là que nous avons vraiment remarqué que la liaison chinoise au marché chinois valait 53 millions d'euros et environ 9 millions de bouteilles de vin. Aujourd'hui, ça vaut 58 millions de bouteilles. Donc en 10 ans, c'était 9 000 000 002 58 millions. Et cela valait 53 millions d'euros et maintenant c'est 311 millions.

Natalie MacLean 15:57
C’est donc un marché important. bien

Suzanne Mustacich 16:00
La moitié du vin de Bordeaux est exportée et le marché chinois représente 23% en volume. Maintenant, il est intéressant de noter que Hong Kong est l'endroit où le vin le plus cher par bouteille va, non? Donc, en 2008, ça valait 75 millions d'euros D'accord, et 4,5 millions de bouteilles de vin. La valeur d'un quart de plus que la Chine n'était donc que la moitié du nombre de bouteilles. du vin cher est toujours recherché à Hong Kong. Aujourd'hui, Hong Kong vaut mieux que la Chine continentale. Pour beaucoup moins de bouteilles, 10 millions de bouteilles valent 327 millions d'euros.

Natalie MacLean 16:42
Sensationnel. Parce que c'est une capitale commerciale et ils sont juste évidemment

Suzanne Mustacich 16:46
parce que vous ne payez pas parce que les droits d'importation sont basés sur la valeur, pas sur le volume, d'accord en Chine. Donc, si vous allez passer une commande de vin cher, vous allez essayer d'éviter ces droits. D'accord, oui, parce que le point clé n'est pas une si grande différence, un prix bon marché va aller directement, non? Mais le plus cher est basé sur la valeur, pas sur le volume, qui dans la plupart des pays est basé sur le volume, non? Il y a un droit par bouteille sur le volume. Cela a de la valeur. Donc, tous les vins chers vont à Hong Kong, puis ils sont envoyés par messagerie ou mis dans un camion ou comme ils vont dans le continent, hein? Sensationnel. C’est pourquoi la valeur marchande la plus élevée est Hong Kong. La deuxième est la Chine continentale. D'accord. Et le troisième est les États-Unis. Encore une fois, le volume, c'est la Chine que les États-Unis, puis la Belgique. Et puis au Royaume-Uni. Donc, c'est le volume que Hong Kong n'est pas beaucoup pour le volume. Ce n'est pas un grand marché pour le volume mais pour les valeurs. C’est le numéro un. Sûr. Et est-ce que tout cela s'est également déclenché à cause peut-être de la baisse de la demande américaine pour Bordeaux.

Natalie MacLean 18:03
Ouais, tout s'est passé à

Suzanne Mustacich 18:04
en même temps vers 2008. Nous avons donc la crise hypothécaire. Nous avons la crise bancaire. Comme vous vous en souvenez, ce fut une période terrible. les banques se repliaient, les restaurants fermaient, les divertissements d’affaires étaient définitivement à sec que les gens n’avaient pas d’argent. Ils perdent leurs maisons. Le marché américain était dans une crise terrible et il n'y a jamais eu de retentissement dans le monde entier. Droite. Bordeaux a donc ce nouveau millésime à venir sur le marché, les 2008 et 2009. leurs clients pliaient ne pouvaient pas acheter. Le 2008, qui était un grand millésime, a donc été très, très bas. Le prix est sorti très bas. Quand le souvenir Bordeaux vend son vin chaque printemps. Que les meilleurs vins les plus chers sont vendus comme un produit à terme au printemps. Ils le mettent donc sur le marché, à très bas prix. Donc, si vous aviez de l'argent, c'était le bon moment pour acheter Les acheteurs chinois commencent à peine à entrer sur le marché à ce stade. Les acheteurs ont fait de gros bénéfices car les prix ont rebondi très rapidement. Et c'était juste au moment où les dépenses de la classe moyenne augmentaient. Il y avait de plus en plus de magnats de l'immobilier et tout en Chine. Et ils cherchaient des choses à acheter et les gens gagnaient de l'argent à bord. Oh, c'était le mot. Alors tous ces spéculateurs sont arrivés. Mais une partie de la raison est que les Américains se sont retirés du conseil d'administration. Oh, quand il s'agit du marché bordelais, je veux dire, que le marché haut de gamme bordelais depuis 2005, parce que les prix ont juste grimpé et grimpé. Et les marchés traditionnels, comme le marché américain, ne suivaient pas cette escalade des prix. Et les Chinois n'avaient pas vraiment compris qu'ils n'avaient tout simplement pas compris cela. Que d'autres personnes reculent en disant que ces prix sont fous. Même à ce moment-là, il y avait une transparence sur Internet. Cela a donc créé une bulle spéculative. Et les prix sont sortis du toit. Et les gens de New York n'achetaient pas des gens qui achetaient juste pour vendre en Chine. Et cela a simplement grandi et grandi et grandi, puis a éclaté, nous obtenant juste une période très, très volatile. Il est temps de traverser tout cela. Il y a donc eu une baisse des choses, puis elles ont augmenté, la demande a augmenté et a augmenté à nouveau jusqu'en 2017. Et maintenant, elle a baissé l'année dernière. Et ce qui se passe, c'est un marché très volatil, car les changements que le gouvernement peut changer si rapidement en termes de demande des consommateurs.

Natalie MacLean 20:43
Comment ça marche?

Suzanne Mustacich 20:45
Eh bien, disons par exemple, lorsque le président Xi est arrivé au pouvoir, il y a eu une fissure ou juste avant son arrivée au pouvoir, il y a eu cette répression contre les dépenses publiques gratuites des fonctionnaires, des fonctionnaires vivant à grande échelle avec l'argent public, donc une grande banque qui a banquets extravagants et divertissants extravagants, et une des choses qui sévissait était l'alcool cher, en particulier l'alcool cher. C'était donc un mot pour tous ceux-là, non seulement les entrepreneurs qui courtisaient les fonctionnaires, mais les fonctionnaires qui jetaient également leurs banquets. Cet alcool pas plus cher. Il serait politiquement imprudent d'être vu avec de l'alcool cher. Hmm, eh bien, alors tout à coup, vous n’avez aucune demande parce que les gens ne boivent pas le vin. En gros, ils ne le boivent pas. Ils en font don. Je me souviens avoir parlé à ce couple de commerçants vraiment intéressant, mari et femme, qui font du commerce dans toutes sortes de choses. Et le vin était l'un d'eux. C'est à travers eux. Ils ont vraiment beaucoup appris sur la façon dont l'argent sort. Ils ont retiré de l'argent de la Chine et je me souviens avoir fait du shopping avec eux une fois à Paris et ils étaient à nouveau, en moins d'une heure, ils n'ont dépensé que plus de 100 000 seulement en montres. Nous avions juste besoin de passer à travers l'argent. Sensationnel. Et c’était aussi intéressant de voir à travers eux et à travers d’autres personnes les cadeaux que vous avez faits à Francis pour la femme du gouverneur. Vous ne pouviez pas donner un sac Louis Vuitton, ce devait être Mme. Il n'y avait aucun intérêt à se présenter avec autre chose que Mme. Comme le nombre de sacs MS pâteux maintenant, cela n'avait plus d'importance, probablement comme une promenade dans le placard pour eux. . C'était vraiment très intéressant. Et ces commerçants avaient tout un réseau pour distribuer par le biais de leurs clients commerciaux d'autres produits qu'ils vendaient. Je les ai vus assez fréquemment. Je demandais donc combien de vin ils achetaient. En fait, nous n’aurons pas vraiment besoin d’en acheter, car nous sommes en train de les relier, de sorte que les fonctionnaires recevraient des caisses de vin chaque semaine dans des caisses Pourquoi? Eh bien, ils ne l'ont pas bu. Et ils n'en avaient pas vraiment besoin. Alors ils le revendraient. Donc, ces commerçants qui achetaient à Bordeaux, qui achètent le vin qui avait été offert aux fonctionnaires, puis ils le revendraient à des entrepreneurs, qui le redéfinissent à d'autres fonctionnaires, alors c'est juste pour qu'il y ait cette plaquette vous peut juste imaginer cette énorme surabondance dans notre armoire et la boire correctement n'est pas vraiment une option.

Suzanne Mustacich 23:30
Tout ce qui peut être revisité

Natalie MacLean 23:32
exactement et si tout ce re don est en cours, mais y a-t-il aussi de grands, vastes magasins de

Suzanne Mustacich 23:39
la spéculation aussi.

Natalie MacLean 23:40
Ouais. Alors, est-ce que cela va finir par écraser le marché de l'ennui? Oh oui.

Suzanne Mustacich 23:44
C'était un couple de choses, le portail est devenu trop gourmand et ils ont vraiment les prix montés et montés et personne ne suivait, sauf pour les chinois. Et puis les Chinois regardent les prix commencer à baisser. C'est arrivé aussi en même temps. Lorsque l'anti-douleur enveloppée a commencé, c'était la tempête parfaite, on pourrait dire qu'elle l'a écrasée.

Natalie MacLean 24:06
Et cette campagne anti-greffe était qu'en Chine ou en Chine,

Suzanne Mustacich 24:11
Ouais. Et cela a vraiment eu un impact énorme. Donc, la bonne chose est que l'on met moins l'accent sur les vins haut de gamme, les vins les plus chers. Et il y a plus de vins de milieu de gamme expédiés et, espérons-le, consommés. Alors que les jeunes vins font que les consommateurs de vin arrivent sur le marché, les jeunes qui essaient généralement le vin comme ils essaient d'autres produits. Et ils achètent en ligne, ce qui est formidable. Et ils essaient de regarder partout dans le monde. Ils sont très curieux. Je pense qu’ils sont très semblables aux consommateurs nord-américains de vin, je pense et c’est, eh bien, ils sont ouverts à n’importe quelle région viticole était un facteur de curiosité. Donc je pense que oui, je vais essayer celui-là. Je n'en ai jamais entendu parler. Ils ont même fait du vin. D'accord, je vais essayer ça.

Natalie MacLean 25:02
So it’s it’s just an old stereotype that the Chinese mix Pepsi Cola or coke with Bordeaux.

Suzanne Mustacich 25:08
It was because they don’t like it. They thought they didn’t give it. Yeah, it’s like the old wine cooler. They make wine coolers with their wine, right? They add some seven up or something to make it a wine cooler. I think very few, actually really like wine. And that’s what my Chinese contacts Tell me and my Hong Kong Chinese wine traders tell me is that very few Chinese people go home amongst their family, an open ball of wine,

Natalie MacLean 25:38
right? Because they didn’t grow up with it. It’s not part of their culture, just like it isn’t for Northern latitude. North America or European it’s a beer or whiskey culture purchased with

Suzanne Mustacich 25:49
our cultures too. It’s hard liquor and beer.

Natalie MacLean 25:53
Exactement. And I’ve even heard there could be an enzyme or something that is difficult to process wine. Some Asian consumers. I’m not sure I don’t know all the science but so yeah, so they weren’t amenable, but they still wanted to be curious and to try these wines.

Suzanne Mustacich 26:11
And now younger people are in their 20s starting with wine, because it’s considered kind of international, sophisticated urban being to do so. They’re likely to be what I was called real wine drinkers. Droite? D'accord. D'accord. But all but I think middle aged and older. No, they didn’t grow up with it. And it’s really frowned upon for women.

Natalie MacLean 26:37
Is it still? Yeah, yeah. And boys,

Suzanne Mustacich 26:40
traditional age and older. Yeah, it’s, it’s frowned upon. Sensationnel. It’s pretty racy. So you know, when I talk to young Chinese women, I said, What are your family? Think about you work in the wine business. My mother thinks it’s really racy thing to do. We don’t talk about it. Sensationnel. Sensationnel. Yeah, that’s Yeah, that same woman, interestingly enough, said to me, which was kind of you expect her so to have a conversation she was my grandmother found feet. My mother survived Cultural Revolution. And I have now you know, an apartment in Bordeaux. It’s just how can we speak to each other?

Natalie MacLean 27:18
So yeah, what a summary. Oh my goodness. Super fast. Suzanne. I haven’t even covered Any other questions. I got to. I mean, I was listening. But I just so fascinating. I still want to dig into the counterfeiting usually. Yeah, yeah. Let’s talk. Let’s talk about that. D'accord. Alors

Suzanne Mustacich 27:37
what I think was one of the funnest chapters to write in the book. Okay, because I had some really interesting things to do. I get to meet interesting people. Ouais. And for anyone who reads the book, I will say that the people who are in it, are there because they ended up being the people who could tell the story, the best, very colourful characters. Yeah, very colourful people. Weren’t chosen because they’re my friends or anything like that. It really came through reporting the investigation that these are the best people to tell the story. I had a hard time explaining to them that it was narrative, not fiction, and it should be like a, you know, a exciting novel. And I think that you know, they were all pleased. They were all surprised, pleasantly surprised, I would say I think they thought it was a very kind of dry business book. And I kept telling them No, no, you’re gonna be like, you’re a character on the page and they’re like, Oh, yeah, okay, that’ll be fine so that they can they really have no idea so anyway, I think one person though, who really had two people I’d say who have really had a sense of adventure and I think they’re tremendous. Meet them one was the investigator Nick Mark Hartman, this interview and he was a gator. Well, and I was really surprised if he met with me first of all, it was a little bit Cloak and Dagger how we met

Natalie MacLean 28:53
Vraiment? Well I can’t I know Raj. Deep Throat style though.

Suzanne Mustacich 28:59
was in a pub. England, but it was suitable. Yeah, yeah, yeah, I flew over there. And he showed me some tools of the trade and everything. And I was lucky that he was, I can’t believe really I had to kind of dig to find him find a contact with him. And I was really surprised when he replied, and he was willing to meet with me.

Natalie MacLean 29:20
And he’s a trail of the counterfeiters, like he’s,

Suzanne Mustacich 29:23
you know, this is what he does. This is what he’s done for over 30 years, is investigates IP infringement counterfeiting in China, this is what he does. So I was lucky that it was sort of the end of his his his career. So he was willing to share a lot of information. And we didn’t know who’s going to use his real name. Until right up. At the point of, we got to do publication just before we’re gonna finalise the book. We’ve given him the option and he’s a lawyer. He was the only person that I Without any part of the book before publication, but I just thought, No, let’s just let him see the chapter about him. And it was funny he only changed. Like chase like three words. Vraiment? Which I thought yeah, yeah, okay, so what not No, no and there weren’t even one I would have guessed Yeah. Okay, so what were those three words?

Natalie MacLean 30:26
But they were not what your it was all this right? You can’t tell us because it’s like he didn’t want them in there. Okay, so

Suzanne Mustacich 30:32
exactly, no, but for instance, another this is similar to something like this. It seems so innocuous without really. And for instance, I was writing about a very famous winemaker and his estranged wife. They don’t live together. He lives with his mistress. I’m like, it’s an estranged wife. Right. So I said, a strange wife. And I was told through the legal review of the book that you might not take that very well. I thought it was What else do what else to call it? And so, and so I called I know, his estranged wife very well. So I just called her up and said, so what? How would you like me to phrase this? She’s no, I was like, Okay. So I just, I did that. So things like that you don’t, sometimes as a word where you you see something you feel you’re being very not judgmental, just ominous just sort of plain speaking, you know. And it might be something that someone’s sensitive about. Intéressant. Sensationnel. But Nick Bart was really great because he just spent his time undercover in disguise, dealing with these counterfeiters, so he would go in and he has an appearance that could be so many different nationalities. So I said, Yeah, he really blends in. Yeah, he could be a lot of different nationalities. And he would go in as a wealthy guy. I’m looking to do a deal needing some wines. And the same people who might be producing the legitimate wines are also counterfeiting. And what he could really talk about is how the counterfeiters went from being sort of sloppy, obvious fakes, to very sophisticated, very, very sophisticated. And that’s when things are worrisome.

Natalie MacLean 32:25
What changed in the sophistication level, what was one indication that they had become really sophisticated,

Suzanne Mustacich 32:31
they stopped making really stupid mistakes on the label, for instance, spellings, they just would take a real label and just change a few things. And that’s the main one and the bottles, the packaging the way to the bottle, everything they had really studied it, really, really studied it. And remember this is done in a small factory of bodily lies. This isn’t some kind of mom and pop kind of thing. This is recognised This is a business plan. And if you shut them down, they don’t go suddenly go into something honest. I mean, this is what they do they counterfeit things. Sensationnel. And if it’s not wine, it will be something else. That’s quite so they counterfeit. Ouais. So they go to the printer their printers to print legitimate white labels and print for the counterfeiters to they print whatever needs to be printed. Yes, Suzanne, we have to have a part two. Where can we reach you? what’s your website? Where can we buy your book? My website is Susan is my name Suzanne muster search.com or on Twitter people contact me through Twitter to that’s really easy. And there’s just as much to search and Amazon or any online

Natalie MacLean 33:46
retailer has the book and we’ll put all these links in the blog post that we created on the site. Suzanne, thank you so much. This was a great chat. I really appreciate your time and yeah, we have To talk again because I have to ask you the other 56 questions.

Suzanne Mustacich 34:04
Okay, bye bye.

Natalie MacLean 34:14
Well, there you have it. I hope you enjoyed this chat with Suzanne musta sit. Here are my takeaways. Number one, I admire Suzanne’s journalistic approach to her subject. It adds real clarity and credibility to a story that has so many threads. Number two, Suzanne draws interesting parallels between the Chinese markets thirst for Wardell with their interest in mineral rights and lands. This started in the wine world with joint ventures in 1979 with Ronnie Martin of France. Number three, it’s fascinating how the Chinese culture of giving gifts to impress the recipient and particularly business associates, fits perfectly with Bordeaux’s image of being the best wine in World, complete with the 1855 ranking and price points to prove it. It offers a convenient caste system to match the prestige of the wine to the prestige of the gift de giving Bordeaux is also a nod to the aspirational lifestyle of the newly money Chinese middle class. It was something they could quite literally buy into. Number four, there are also interesting parallels between the Chinese respect for ancient culture and Bordeaux’s historic place in the wine world. And number five, it’s remarkable that China is the number one market for Bordeaux on volume. But when it comes to value, Hong Kong is a far more important customer versus Mainland China. I wonder how this will be impacted with the changes taking place in Hong Kong now, especially the new laws that are being passed by the Chinese government. You won’t want to miss next week when we’ll be chatting with Dr. Antonia menten Agus Professor of Marketing and consumer psychology at Brock University’s Goodman School of Business in St. catharines, Ontario. She also works with the cool climate enology and viticultural Institute, Kogi. The university’s Research Institute focused on the Canadian grape and wine industry. She runs these really fascinating behavioural experiments out of the consumer perception and cognition laboratory, and she’s going to be chatting with us about celebrity athletes who own wineries and how the fit between the athletes particular sport affects our perception of the wine. We’ll look at examples from the worlds of golf, wrestling and speedskating. And it’s not what you’d expect. Dr. Mountain Agus joins me from the University in St. catharines next week. In the meantime, if you missed Episode 37 with Tilar Mazzeo, another university professor with a fascinating subject, the champagne widows Friends, think the Pico and company go back and take a listen to that episode. I’ll share a short clip with you now to whet your appetite

Tilar Mazzeo 37:10
and some girlfriends and I agree that buco is our favourite champagne and so we used to get together and drink a bottle of wine of an evening. have our husbands drive us home. We were talking one day and I remember that lovin French’s widow. And it really started with a question where I said, well, was there really a widow Clicquot and ended up doing research and found this amazing story about a woman not only became history’s first international businesswoman, but who invented a process which I know we’ll talk about a little bit called Renoir’s that is still used in the wine industry today. And it was really the thing that moved champagne from being a luxury product that was so expensive that only the kings and queens of France could afford it to a luxury product that those of us who are lucky have a weekend can take a sip of

Natalie MacLean 38:02
If you liked today’s episode, please tell a friend about it, especially one who’s interested in the fascinating wine tips that Suzanne shared. You’ll find links to the wines we tasted a full transcript of our conversation, the video version of this chat, and where you can find us on Facebook Live every second Wednesday at 7pm that’s all in the show notes and NatalieMacLean.com forward slash 82. And if you want to connect with me personally, join me in a free online video class at NatalieMacLean.com forward slash class. Thank you for taking the time to join me here. I hope something great is in your glass this week, perhaps of Bordeaux.

Natalie MacLean 38:50
You don’t want to miss one juicy episode of this podcast, especially the secret full body bonus episodes that I don’t announce on social media. So subscribe for free now at NatalieMacLean.com forward slash subscribe, maybe here next week Cheers.

commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *