Catégories
Vin et spiritueux

Comment construire la cave la plus verte de Bordeaux? Château Cantenac-Brown essaie la saleté

Lorsque Tristan Le Lous et ses frères Briac et Guirec ont acheté le Château Cantenac-Brown, troisième cru de Bordeaux à Margaux en décembre dernier, ils ont réalisé un rêve de longue date de posséder un domaine viticole de premier plan. Ils avaient grandi en Bourgogne, la cave de leur grand-père généreusement approvisionnée. «Nous avons toujours été passionnés par le vin dans ma famille», a déclaré Tristan Le Lous.

Ils sont également passionnés par la durabilité, terroir et faire partie d'un avenir plus vert. Ainsi, lorsqu'ils ont projeté une nouvelle cave, ils ont décidé de combiner une approche environnementale avec modernité et design. «Je m'intéresse depuis longtemps aux bâtiments et à l'architecture écologiquement responsables», déclare Le Lous, 40 ans, père de deux enfants diplômé en génétique moléculaire, agronomie et commerce.

Sa quête l'a conduit directement à l'architecte français Philippe Madec, un champion de la construction écologique qui a été nommé Officier de la Légion d'honneur pour son travail dans le développement durable. Madec, qui a co-écrit «Manifeste pour une frugalité heureuse», promeut la combinaison de la durabilité et du design pour refléter une idée évolutive de ce qui est moderne et beau. "La nouvelle génération comprend cela", a déclaré Madec Wine Spectator. "Nous devons imaginer qu'il y aura une nouvelle esthétique."

Madec a répondu au défi de l'équipe Cantenac-Brown de construire vert avec un design unique pour une installation de vinification moderne et neutre en carbone, sa voûte construite avec de la terre crue, une ancienne méthode de terre tassée et des blocs de terre stabilisée compressée (CSEB) capables de supporter un toit. On pense qu'il s'agit du seul projet porteur de ce type au monde, ce qui le place à l'avant-garde des choix de construction écologique.

«Nous faisons quelque chose de vraiment rare», a déclaré Madec, qui milite pour une architecture durable depuis les années 1980. Ce projet, a-t-il dit, se résumait à trois points clés. "Pour le bâtiment, nous n'utilisons pas de ciment. Nous allons construire une voûte avec CSEB. Et nous utilisons la température du sol pour refroidir la cave."

Tristan Le Lous et José Sanfins

Le Lous et Sanfins sont assis au sommet d'un échantillon de mur de terre crue qu'ils utiliseront pour construire leur nouvelle cave viticole à Cantenac-Brown. (Photo par Cristina Dogliani)

Le choix des matériaux fait partie intégrante de l'empreinte environnementale globale de la construction. «Je n'utilise que de la terre, du bois et de la pierre», a déclaré Madec. «C'est un long débat, mais le béton armé est l'un des pires matériaux sur terre et l'une des raisons du désordre climatique. Le transport aérien contribue à 2% des gaz à effet de serre et la production de béton armé contribue de 7 à 9%.

Les dimensions de la construction combinées aux besoins de production de vins fins ont également influencé le choix des matériaux, comme la nécessité de garder la cave au frais. "Philippe a proposé des briques en terre cuite dans un premier temps, mais l'inertie thermique n'était pas aussi bonne que la construction en terre crue", a déclaré Le Lous. S'ils avaient choisi la terre cuite, ils auraient dû réduire l'espace en abaissant le plafond ou utiliser la climatisation pour maintenir la température idéale pour le vin.

Un facteur important dans le calcul du contrôle de la température à l'intérieur de la cave était l'utilisation d'un puits climatique, un échangeur de chaleur géothermique air-sol. "Sous la surface, environ (13 pieds) de profondeur, la température est constante et elle est (55 ° à 57 ° F) – parfaite pour le vin. Nous prenons donc l'air refroidi par le sol, et quand il entre dans la cave , il a la bonne température », explique Madec. "Parce que le chai est fait avec de la terre, il y a une bonne inertie et la température sera stabilisée."


Restez au courant des histoires importantes sur le vin grâce aux alertes gratuites de Breaking News de Wine Spectator.


Ils ont également choisi d'intégrer la nouvelle cave dans un bâtiment existant, une décision qui réduit considérablement l'impact de la construction sur la planète. «Quarante pour cent des émissions dans le monde proviennent de la construction», a déclaré Madec. "Et 60 pour cent des déchets proviennent de la construction – c'est pourquoi nous utilisons les bâtiments existants. Nous préserverons le caractère du domaine, et il n'y aura pas de reconstruction, pas de mise au rebut."

Les murs existants seront isolés avec de la paille biologique et du CSEB. Le bois utilisé sera non traité et d'origine locale dans la région. Le toit comprendra un captage des eaux pluviales et les eaux grises seront recyclées. Les panneaux solaires rendront la cave à énergie positive.

«Nous avons accordé le plus grand respect à l'environnement, en utilisant les techniques les plus avancées du moment, en termes de conception durable, afin de préserver le terroir tout en continuant à adapter et à faire progresser les méthodes agricoles », a déclaré José Sanfins, directeur général et vigneron de longue date.

Croquis de conception de cave

Un croquis de Cantenac-Brown montre les nouvelles caves prévues en brun, leur permettant d'intégrer les bâtiments chai existants. (Avec l'aimable autorisation de l'Atelier Madec)

À l'intérieur de la cave, Sanfins aura toutes les cloches et sifflets habituels – vinification par gravité et une petite armée de cuves adaptées aux tailles des parcelles pour un assemblage de précision. Ils prévoient de percer en avril et de terminer à temps pour la récolte 2023. Le Lous estime que le coût initial est 10% plus cher qu'une construction en béton traditionnelle, mais ils économiseront de l'argent plus tard car ils n'auront pas besoin de climatisation.

Le Lous et Sanfins ont raconté Wine Spectator que le projet de cave s'inscrit dans leur vision globale du domaine de 220 acres, une philosophie verte qui englobe les vignes, la nouvelle cave et la biodiversité historique du domaine. Lorsque l'écossais John Lewis Brown a créé le domaine en 1806, il a planté un arboretum. Aujourd'hui, la forêt couvre 70 acres.

«Nous voulons maintenir et développer la collection d'arbres et recréer le jardin comme prévu initialement», a déclaré Le Lous. "Notre séquoia a 200 ans et (131 pieds de haut)."

Et en un clin d'œil à Lewis Brown, ils ont importé 30 moutons écossais pour entretenir le parc, évitant les tondeuses à gazon. «Bien sûr, nous avons pris des précautions pour nous assurer que les moutons ne mangent pas les vignes», a déclaré Le Lous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *