Catégories
Vin et spiritueux

De nouvelles données montrent quels alcools ajoutent à leurs commandes de mets à emporter

Pour aider à augmenter les bénéfices face au coronavirus, les bars et les restaurants ont profité des lois assouplies sur l'alcool et ont commencé à vendre du vin, de la bière et des boissons alcoolisées pour une consommation hors établissement.

Maintenant, de nouvelles données répondent à la question urgente: que buvons-nous tous?

Mercredi, la société d'analyse Nielsen CGA a publié la deuxième partie de son «Covid-19 On Premise Impact Report», qui portait sur les attitudes des consommateurs à l'égard des aliments et des livraisons, y compris les préférences en matière d'alcool.

Selon le rapport, qui a été partagé avec VinePair, 15% des Américains commandent en moyenne de l'alcool avec leur plat à emporter. Le premier choix est le vin rouge, inclus dans 60% de ces commandes, suivi de la bière importée (55%), de la bière artisanale (51%) et du vin blanc (50%). Les cocktails et les mélangeurs à spiritueux pré-préparés sont à égalité au cinquième rang avec 47%.

Crédit: Nielsen CGA

Bien que les ventes de plats à emporter aient bondi dans tout le pays – en hausse de 110% au cours de la semaine se terminant le 28 mars, par rapport à la semaine moyenne – cela n'a pas suffi à compenser la perte d'activité causée par le coronavirus.

Les bars et restaurants qui sont restés ouverts ont connu une baisse moyenne de la vitesse des ventes (un terme que Nielsen définit comme les ventes attendues, sur la base des données existantes) de 73% au cours de la semaine se terminant le 21 mars et de 77% la semaine dernière.

Selon Nielsen, "même si certains points de vente sont passés au mode de livraison à emporter uniquement, la survie sera toujours difficile si les valeurs de contrôle restent à ce niveau bas." Stimuler les ventes d'alcool peut être un moyen d'inverser la tendance, bien que le rapport rappelle avec réfléchir les dommages déjà généralisés causés à l'industrie des boissons.

«Alors que bon nombre des plus grands marchés sur site ferment actuellement pour le service en magasin, nous devons faire face au fait dur que les choses vont empirer avant de s'améliorer», indique le rapport.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *