Catégories
Vin et spiritueux

Plus de la moitié des pubs irlandais ont fermé en raison d'un coronavirus

La crise des coronavirus continue d'avoir un impact sur les bars et les restaurants du monde entier. Selon une enquête du Drinks Industry Group of Ireland (DIGI), qui a été récemment partagée par le Spirits Business, 56% des pubs en Irlande ont fermé temporairement ou définitivement en raison de Covid-19.

Avec plus de la moitié des pubs du pays fermés, l’enquête a également révélé que la moitié des adultes en Irlande sont préoccupés par l’impact négatif que les fermetures auront sur leurs communautés.

«C'est vraiment dévastateur à voir», a déclaré Rosemary Garth, présidente de DIGI à Spirits Business. «D'après nos recherches, la grande majorité des Irlandais ont remarqué un changement significatif dans leur communauté locale, avec un déclin particulier de l'esprit et du moral de la communauté.»

L'enquête a également révélé que 78% des Irlandais sont préoccupés par la perte d'emplois due aux fermetures, 75% s'inquiètent de l'impact sur d'autres industries de soutien et 67% craignent la possibilité de solitude et d'isolement.

«Pour faire en sorte que les pubs des communautés locales puissent non seulement rouvrir, mais aussi rouvrir avec une chance de reprise, le gouvernement ne doit plus tarder», dit Garth.

Avec la crainte croissante que les fermetures durent jusqu'en 2021, DIGI exhorte le gouvernement à réduire la taxe élevée sur l'alcool en Irlande de 15% – le pays a actuellement la deuxième taxe d'accise globale sur l'alcool la plus élevée de l'Union européenne (UE) et la troisième – le plus élevé sur les esprits.

«Le secteur des boissons et de l'hôtellerie a besoin d'un soutien financier maintenant et, en outre, ce budget devrait également prévoir une réduction de la taxe d'accise sur l'alcool», déclare Garth. «Sans cela, les pubs rouvriront avec la deuxième taxe d'accise la plus élevée de l'UE et nous risquons de perdre définitivement des centaines d'entreprises et des milliers d'emplois, comme nous l'avons fait lors de la récession de 2008.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *